My Blog

EN TETE A TETE AVEC CEDRIC FAURE

Si un jour un club veut gravir une division, elle peut faire appel à Cédric Fauré, un joueur qui est un habitué dans ce domaine. En effet, à lui seul, c’est quand même cinq montées à l’échelon supérieur dans toute sa carrière. Ce n’est surement pas dû au hasard. Pour preuve, c’est l’attaquant le plus prolifique de Ligue 2 depuis les années 2000 avec 101 buts en Ligue 2. Le pire c’est qu’à 37 ans, il continue de faire trembler les filets en professionnel. Entretien avec le grand buteur venu de la ville rose…
##ligue1##football##tfc##eag##istres##lemans##stadedereims##hac##charleroi##unionsaintgilloise##royalantwerp##cedricfauré##jeudetête##efficacité##

– Bonjour Cédric, tu n’es pas passé par un centre de formation et as eu un parcours assez atypique avant d’éclore à Toulouse, peux-tu nous expliquer cette période?

Oui, c’est vrai que je ne suis jamais passé par un centre de formation, mais j’ai toujours eu la chance de jouer dans des clubs qui avaient des équipes de jeunes en National. Cela m’a donc permis de jouer contre des équipes professionnelles chez les moins de 15 ans et les moins de 17 ans.

– Tu rejoins le Toulouse Football Club, qui suite à des péripéties, vient d’être relégué en National. Tu vas te révéler aux yeux du grand public et connaître deux montées consécutives. Quelles sont les raisons d’une telle réussite personnelle? Qu’est-ce qui faisait la force de cette équipe?

Je pense que la réussite personnelle est tout d’abord une réussite collective car comme je dis souvent, sans mes coéquipiers je n’aurais peut-être pas mis autant de buts. Je pense que la force de cette équipe était qu’il y avait un mélange parfait entre les jeunes joueurs qui avaient beaucoup de talent et des joueurs plus âgés possédant une grosse expérience. Ils savaient nous guider et nous donner envie de bien faire les choses, de plus il y avait un énorme respect entre nous tous.
– Tu vas donc connaitre la Ligue 1 et pour ta première année dans l’élite, tu réalises une très bonne saison et inscris dix buts en trente-cinq matchs. Est-ce que cette saison-là est, à tes yeux, la plus belle de ta carrière?

C’est vrai que pour ma première saison en Ligue 1, je vais mettre dix buts en 35 matchs de championnat. Jusqu’à aujourd’hui, ça reste la saison la plus aboutie que j’ai faite en Ligue 1.

« Au TFC, on m’a fait comprendre qu’il vaudrait mieux que je parte »

– Pourtant l’année suivante, tu quittes le TFC et signes à Guingamp qui évolue en Ligue 2. Pourquoi avoir quitté Toulouse après une si belle année? Pourquoi avoir choisi Guingamp? As-tu eu des offres d’autres clubs?

J’ai quitté Toulouse après cette saison car on m’a fait comprendre que c’était la meilleure solution pour moi. J’ai eu des offres de clubs de Ligue 1 et aussi de l’étranger, mais pour certaines personnes, je pense que ce n’était pas leur but que je puisse continuer encore dans cette division. Guingamp me voulait à tout prix et plutôt que de rester dans un club où on ne comptait pas sur moi, j’ai préféré partir pour pouvoir continuer à jouer même si c’était en Ligue 2.

– Tu vas ainsi passer trois années (Guinguamp (L2), Istres (L2), Le Mans (L1), où tu n’arrives pas à te stabiliser dans un club malgré des assez bonnes performances. Peux-tu nous dire à quoi est dû cette période d’instabilité?

C’est vrai que pendant quelque temps, j’ai beaucoup changé de club. Sincèrement, j’aurais bien aimé rester au Mans car je m’y plaisais mais malheureusement le club avait déjà beaucoup d’attaquants.

– A 27 ans, tu atterris au Stade de Reims où tu vas évoluer pendant six ans (entrecoupé par un transfert au Havre AC qui ne durera qu’un an). Tu vas évoluer en Ligue 2 et en National avec le Stade, inscrivant de nombreux buts. Pourtant, Reims n’arrive jamais à prendre le bon wagon, et tu ne connaitras pas la L1 à Auguste Delaune, comment peux-tu expliquer cela?

Après cette période instable, il y a l’épisode rémois où tout s’est passé merveilleusement bien. Malheureusement, je n’ai pas connu la Ligue 1 avec le club, mais je garde de très bons souvenirs pendant cette période. Je suis parti six mois au Havre où cela ne sait pas très bien passé avec le Coach donc j’ai préféré revenir au Stade de Reims là où j’étais fortement apprécié.

– Tu retournes à Guingamp, puis découvre deux ans après un nouveau championnat, la Jupiler League en Belgique. C’est à Charleroi que tu viens faire trembler les filets adverses. Tu as du mal la première saison, mais fais parler ton talent lors de la deuxième, peux-tu nous parler de ces deux années?

Après mon épisode guingampais, j’atterris en Belgique, à Charleroi. La première saison, je marque huit buts et le club décide de me faire prolonger l’aventure pour une saison. La deuxième année, je marque une dizaine de buts toutes compétitions confondues, mais du fait de mon âge, la direction ne souhaite pas lever l’option pour une prolongation.

– En début de saison dernière, tu évolues pendant six mois à l’Union Saint-Gilloise en Division 2 Belge. Puis en cours de saison, tu signes au Royal Antwerp, qui évolue dans la même division. Pourquoi avoir quitté l’Union Saint-Gilloise? Comment s’est passée ton aventure à Antwerp?

La saison dernière, je signe à Saint-Gilles où tout se passe bien durant les six premiers mois. Je marque quinze buts toutes compétitions confondues. Au mercato d’hiver, le club d’Anvers avec beaucoup d’ambition, vient me chercher pour aider le club à atteindre la première division, mais malheureusement cela ne s’est pas très bien passé en fin de saison. C’est avec plaisir et une grande joie qu’en juillet 2016 je suis retourné à l’Union Saint-Gilloise.

– Tu es l’un des buteurs les plus prolifiques dans l’Histoire de la Ligue 2, pourquoi crois-tu n’avoir jamais eu de véritables chances en Ligue 1?

C’est vrai, je pense être dans les cinq meilleurs buteurs de l’histoire de la Ligue 2 (c’est le meilleur buteur en fait avec 101 buts inscrits), mais certaines personnes du Toulouse Football Club ont donné une image de moi qui m’a beaucoup desservi.

« A 37 ans, je suis toujours un joueur professionnel »

– As-tu des regrets par rapport à ta carrière? Dans tes choix de clubs notamment?

Non, je n’ai aucun regret par rapport à mes choix. Quand je vois certains de mes amis qui n’ont plus de club avant leur trente ans et que moi à trente-sept ans, je suis toujours professionnel, je ne me plains pas.

– Malgré des saisons en dents de scie, tu as toujours réussi à trouver le chemin des filets (214 buts marqués toutes compétitions confondues dans sa carrière), et tu restes un buteur prolifique quelque soit le niveau où tu as joué. Quel est ton secret? Quelles sont les qualités qui font de toi un goléador?

Comme j’ai toujours dit, je pense que le plus important dans le foot c’est de prendre soin de son corps car c’est notre outil de travail. Les qualités qui font de moi un buteur, je pense que ce sont des qualités qui sont innées et que l’on continue à développer tout au long de notre carrière.

– Tu étais un attaquant efficace dos au but et prêt à aller au combat face à tes adversaires. Quels sont les défenseurs qui ont été les plus rugueux avec toi durant ta carrière? Quels sont ceux qui t’ont le plus impressionné?

Je me souviens de beaucoup de défenseurs qui étaient rugueux et puissants. Je pense à Daniel Van Buyten, Cris, Gabriel Heinze, ou Mauricio Pochettino.

– Un dernier mot pour les lecteurs du Blog De Jayjay?

J’espère que mon article vous plaira et vous permettra de mieux me connaître. Amitiés sportives à tous les lecteurs et longue vie au Blog de Jayjay.

JayjayEN TETE A TETE AVEC CEDRIC FAURE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *