My Blog

LE KESTU2VIENS AVEC SEBASTIEN SCHEMMEL

C’est encore une belle rencontre que j’ai faite en la personne de Sebastien Schemmel. L’ancien chouchou de l’Upton Park de West Ham ne raffole pas des interviews et c’est avec une grande fierté que j’ai réalisé cet entretien exclusif. Malgré ses 330 matchs professionnels, Sébastien Schemmel  n’en reste pas moins très disponible et sympathique. C’est une interview touchante, sincère et humaine que je vous propose en exclusivité sur le Blog de Jayjay.

 – Bonjour Sébastien, tu es formé à l’AS Nancy Lorraine avec qui tu commences à 18 ans ta carrière professionnelle en Ligue 2, Que peux-tu nous dire sur ta jeunesse et sur ton apprentissage du football?

J’ai eu la chance d’avoir ma famille derrière moi. Je viens d’un milieu extrêmement modeste. Avec mes trois frères et sœurs, nous avons été nourris par les Restos du Cœur. Je n’étais pas prédestiné à être footballeur. Le ballon rond m’a permis de ne pas sombrer dans la délinquance et avec le soutien familial, je me suis donné à fond pour réussir dans le football.

– A 19 ans, tu es titulaire au poste d’arrière droit de l’ASNL et dispute 35 matchs de Ligue 2 dés ta deuxième saison parmi l’élite. Comment expliques-tu que, malgré ton jeune âge, tu sois devenu un élément indispensable de l’équipe?

C’est simple, j’avais dix-neuf ans et la chance de côtoyer de grands joueurs (Eric Rabesandratana, Mustapha Hadji, Tony Vairelles, etc…) tous les jours à l’entraînement. J’étais à l’écoute de leurs conseils et je donnais tout sur le terrain. Cela m’a permis de progresser à une vitesse inespérée.

– Lors de la saison 1996/97, tu connais la Division 1 avec ton club de cœur. Peux-tu nous parler de cette année-là? En tant qu’enfant du pays, était-ce un rêve pour toi de connaître la Ligue 1 du côté de Marcel-Picot?

Ce qui est très fort et important pour moi, c’est que nous montons en Division 1 avec une équipe de guerriers, mais surtout de copains. L’année suivante, on évolue avec pratiquement la même équipe en Division 1. Malgré la descente, cette année-là restera gravée en moi.

« Laszlo Boloni a été très important dans ma progression »

– Tu as évolué en professionnel durant cinq saisons à l’ASNL et joué plus de 160 matchs pour le club lorrain. Quels sont tes meilleurs souvenirs de ces années nancéiennes? As-tu des regrets par rapport à cette période?

Mes meilleurs souvenirs, ce sont mes deux montées avec Nancy. J’ai aussi eu de la chance d’avoir côtoyé d’excellents joueurs et Laszlo Boloni, un grand entraîneur. Il a été très important dans ma progression. Je n’ai aucun regret, je ne garde que des bons souvenirs de mon époque nancéienne.

– Après ces cinq années en Lorraine, tu vas quitter ton club formateur et prendre la destination du FC Metz qui évolue en Ligue 1. Pourquoi avoir quitté l’ASNL? Quelles sont les éléments qui t’ont poussé à choisir le FC Metz? As-tu eu des contacts avec d’autres clubs?

J’ai quitté Nancy car, après 17 ans dans ce club, j’avais fait le tour de la question. Le FC Metz me proposait de franchir un palier en jouant notamment le tour préliminaire de la Ligue des Champions. J’avais aussi la possibilité de signer à l’AS Monaco, au RC Lens ou à Sunderland, mais le fait de rester à côté des miens m’a incité à signer à Metz.

Sebastien schemmel 2

– Tu as 23 ans et arrives dans un club qui vient de finir vice-champion de France. Comment se passe ton adaptation chez les Grenats? Que peux-tu nous dire sur ton passage au FC Metz?

Mon adaptation à Metz a été très difficile. Je venais de l’AS Nancy Lorraine, j’étais un ennemi, mais je me suis battu. Ma plus belle récompense, c’est quand j’ai quitté ce club, les supporters ont scandé mon nom. Cela prouve que j’avais réussi mon pari et que je me suis fait accepter. J’ai adoré jouer au Stade Saint-Symphorien, avec des supporters passionnés et fidèles. J’en garde que de bons moments.

– Puis tu vas choisir de quitter la France pour rejoindre West Ham et la Premier League Anglaise. Etait-ce une volonté de ta part de jouer en Angleterre? Comment se sont passés tes premiers pas sous le maillot des Hammers?

Mon transfert à West Ham fût la meilleure chose qui me soit arrivée dans ma vie. Je jouais devant un public magnifique, dans un championnat très relevé. A chaque match, il y avait une ambiance extraordinaire et pour couronner le tout, dés ma première saison en Angleterre, je finis meilleur arrière droit du championnat de Premier League.

« J’ai eu droit à ma chanson par les supporters de l’Upton Park »

– Tu vas porter le maillot de West Ham durant trois saisons, dont une où tu vas quasiment jouer tous les matchs en tant que titulaire. Peux-tu nous faire partager tes souvenirs d’Angleterre? Avec quels joueurs très connus as-tu évolué à West Ham? Qu’est-ce qui été différent entre la Premier League et la Ligue 1?

J’ai joué avec des grands noms du football comme Paolo Di Canio, Michael Carrick, Joe Cole, Frank Lampard, Rio Ferdinand entre autres. En Angleterre, l’atmosphère est mille fois plus forte qu’en France, on ressent la passion pour le football à chaque coin de rue. J’ai passé un an et demi là-bas et j’ai été élu meilleur joueur du club par les fans, j’ai même eu droit à ma chanson par les supporters de l’Upton Park.

Sebastien Schemmel 3

– Après ton départ de West Ham, tu vas enchainer deux expériences peu concluantes, l’une à Portsmouth et l’autre au Havre. Que retiens-tu de ces deux saisons qui seront tes dernières en professionnel?

Malheureusement, après la descente de West Ham en Division 2, je suis parti à Portsmouth. Cela m’a permis de continuer à jouer en Première League. Au même titre qu’à West Ham, ce fût une bonne expérience. Puis, j’ai joué six mois au Havre pour finir ma carrière.

– Tu vas arrêter ta carrière, à tout juste trente ans, alors que d’autres joueurs jouent jusqu’à parfois quarante ans. Quelles sont les raisons de ton retrait des terrains si précoce?

J’ai arrêté ma carrière pour des raisons familiales. De plus, je me suis dit qu’étant un jeune délinquant au départ, j’avais réussi de belles choses et notamment une très belle carrière dans le football.

– Quels sont les joueurs qui t’ont le plus impressionné dans ta carrière?

J’ai adoré jouer avec Oleksandr Zavarov, Sylvain Kastendeuch, Paolo Di Canio, Frank Lampard, Teddy Sheringham.

– Si tu devais être sur une ile déserte avec un ancien coéquipier, avec qui déciderais-tu de partir? Pourquoi?

Je choisirais Olivier Rambo. Nous avons commencé à jouer ensemble à l’AS Nancy Lorraine. Lors de tous nos déplacements avec l’effectif professionnel, nous avons partagé la même chambre pendant trois ans.

– Où en es-tu au niveau sportif et professionnel?

Dorénavant, je gère mes restaurants au Luxembourg. J’ai trente employés sous mes ordres et je suis membre d’honneur de West Ham à vie.

– Un dernier mot pour les lecteurs du Blog de Jayjay?   

Je ne donne que très rarement d’interview, mais ton blog et ton professionnalisme m’ont incité à répondre à tes questions intelligentes. Je te souhaite à toi, ainsi qu’à tous tes lecteurs, une excellente année 2017 et une longue vie au Blog de Jayjay.

JayjayLE KESTU2VIENS AVEC SEBASTIEN SCHEMMEL

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *